Smartcity : quelles stratégies pour nos territoires ? Tendances et prospectives.

smartcities-collectivites

Le Syntec Numérique et France Urbaine ont organisé le mardi 17 octobre 2017 une conférence sur la smart city et les stratégies mises en place par les territoires pour leur transformation numérique. Retour sur ces échanges …

La matinée, ouverte par Godefroy de Bentzmann, Président de Syntec Numérique, et Jean Rottner, Vice-Président de France Urbaine, s’est poursuivie avec une information sur la couverture numérique du territoire. Puis l’étude « Les enjeux numériques des territoires » a été présentée, illustrée par le projet de la collectivité de Dijon. Ensuite, le rapport « De la smartcity au territoire d’intelligence(s) : l’avenir de la smartcity » a été exposé. Enfin, la conférence a été clôturée par une table ronde : « Le passage à l’échelle : quelle gouvernance entre public et privé ? »

La couverture numérique

Eric Bothorel, Député des Côtes d’Armor, a co-réalisé un rapport d’information sur la couverture numérique (fixe et mobile) du territoire français.

conference-syntec

Il en déduit l’importance de transformer le point de vue des élus, porté aujourd’hui sur l’infrastructure, pour le diriger vers les usages. La smart city doit aussi être rurale !

Dès lors, il suggère, pour l’internet, d’inscrire l’objectif de la fibre optique pour tous d’ici à 2025 dans le plan France Très Haut Débit (FTHD) et d’assurer un débit au moins égal à 30 Mbit/s fin 2022 pour tous. En outre, concernant la couverture mobile, il constate que la densité des infrastructures réseaux n’est plus adaptée à l’évolution des usage et ne permet pas un qualité de service suffisante dans des zones rurales, insulaires et montagneuses. Ainsi, il faut revoir les indicateurs mesurant la couverture mobile, en définissant des protocoles plus adaptés aux besoins actuels.

Consultez le rapport d’information sur la couverture numérique.

Étude sur « les enjeux numériques des territoires »

Syntec Numérique a réalisé un baromètre de la ville numérique pour étudier les différentes facettes du numérique dans la ville. Il en ressort que 93 % des communes françaises ont un pied dans la smart city. Toutefois plus la commune est petite et moins elle est mature dans ce domaine.

Quatre objectifs principaux des communes ressortent en matière de projets de ville intelligente :  renforcement du lien avec les citoyens, développement de nouveaux services, réduction des coûts, attractivité du territoire. Qui plus est, des initiatives sont déjà mises en œuvre pour l’éducation, la vidéosurveillance, la vie citoyenne et les bâtiments intelligents.

Toutefois, quatre freins ont aussi été identifiés, qui retardent la réussite d’une démarche ville intelligente : manque de financement, manque de volonté publique, manque de compétence en interne, coûts en matière de conduite du changement.

De la smartcity au territoire d’intelligence(s) : l’avenir de la smartcity

Avenir Smart CityA son tour, Luc Belot, ancien député du Maine-et-Loire a présenté son rapport sur la smart city. Selon lui, l’enjeu de la transversalité est fondamental. Chaque territoire a ses propres caractéristiques. C’est donc à lui de mutualiser ses acteurs pour faire vivre les intelligences de la smart city. Dès lors, toutes les populations doivent être incluses dans la réflexion sur la smart city (aussi les personnes non connectées, handicapées, analphabètes, …) pour passer de la ville informatique à la ville numérique.

Retrouvez le rapport sur l’avenir des smart cities.

Grand Paris